Accueil
Qui sommes-nous?
Mot de la présidente
L'équipe
Contenu
Edito
Abonnez-vous
Contactez nous
Diaspora Politique Economie Société International Culture Sport Vidéos Audios
CONTRIBUTIONS
 
 
La mort de Hamidou Dia!
Publié le : Lundi 5 Février 2018 - 23:50 - Commentaires : 0 - Consulté : 317 Imprimer
Hamidou Dia aimait répéter que la mort est le souvenir poussiéreux de la vie. Je répliquais sans cesse que notre vocation est plutôt de méditer sur la vie pour un jour gagner les cimes de l’Immortalité. 
Il s’est éteint hier matin, notre frère et ami, Hamidou Dia, et, en ce moment, il gravit les cimes de l’Immortalité. Par son œuvre multiple et riche de mots justes, de jets de lumière et d’éclats de diamant en l’honneur d’un monde de paix et de joie qu’il cherchait tant. 
C’est que Hamidou Dia était d’une culture immense, peu commune. Il faut réécouter l’une de ses dernières interventions publiques sur Jérusalem, ville-confluence. 
Il connaissait, jusqu’à l’anecdotique, Senghor, Césaire, Damas et tous ceux qui ont porté haut le cri nègre. Il avait une connaissance passionnée de David Diop à la « poésie incandescente » ainsi que tous les poètes du monde noir dont il a produit une belle anthologie. 
Il était une sorte de dictionnnaire de la culture sénégalaise. Féru des traditions artistiques et culturelles haal pulaar, il avait plutôt soutenu un brillant mémoire de maîtrise sur Ndiaga Mbaye qui fut son ami jusqu'à ce que la mort les sépare. 
Homme de lettres, Hamidou Dia était aussi familier de la littérature française à travers son histoire. Il était philosophe et avait de la philosophie à travers ses âges une parfaite maitrise. 
Il était poète et romancier et je peux citer Les Sanglots de l’espoir, Les remparts de la mémoire, livres essentiels où le concept, de nature austère,  est toujours chargé de subjectivité. 
Il était ouvert à tous les souffles avec une capacité inouïe d’être, dans la pensée et l’action, le siège d’une synthèse joyeusement assumée. 
Sa vie durant, il a été militant, depuis les années 70 lorsque, très jeune, il rencontre, par le biais de la culture et de l’art, le mouvement maoïste. 
Si, avec toutes ces facettes, il n’est pas humaniste, mais alors qui est humaniste?
Voilà pourquoi nous étions là, hier, pour l’accompagner et, « pour l’ultime fois », lui dire, en sa présence silencieuse, toute notre amitié et notre affection. 
Je vois ses amis et camarades. 
J’aperçois Ousmane William Mbaye, le cinéaste utile. 
J’entends son frère Mamadou Dia, la gorge enrouée, submergée de douleur, dire des mots justes, sur le frère disparu. 
J’aperçois Thierno Kane, Mallé Kassé, Amadou Kane, Bachir Diop, ses compagnons des années de braise, rêve d’un soir de paix et de bonheur pour notre peuple. 
Je vois, charrié d’émotion, mais lucide et concentré, son oncle Cheikh Hamidou Kane, l’immense écrivain. 
Je vois ses neveux, Abdoulaye Sow et les autres, ses frères et sœurs, éplorés mais dignes. 
J’entends Amadou Tidiane Wone étreint par la douleur dire généreusement sur Hamidou des propos élogieux que je confirme. 
Je vois ses collègues de la Présidence, ses frères et amis, unis par la souffrance de raccompagner un homme chaleureux et bon. Je vois Baba Maal, le regard perdu dans le flot du temps, pensant sans aucun doute à leur passé commun à Saint Louis et leur séjour en Europe. 
Je vois Alioune Badara Beye, Président de l’Association des écrivains du Sénégal, très présent pour l’ami et au nom de tous les écrivains du Sénégal. 
J’entends la voix étonnée de notre maître, Mamoussé Diagne habité par le doute, parce que, comme toujours, on ne s’y attend jamais. La mort surprend sans cesse. 
Je vois sa veuve, inconsolable, parce que Hamidou fut pour elle un père, un ami, un compagnon. 
Et je pense à Maimouna et à ses filles qu’il aimait tant, éprouvées mais fortes. 
Enfin, j’entends le Président Macky Sall rendre hommage à son conseiller qui a renforcé en lui l’amour des arts et des lettres, son frère et ami, écrivain talentueux, intellectuel fécond et, dit-il, « incapable de méchanceté ».
Toi, grand frère et ami, qui m’a tant donné, y compris et surtout la passion de l’écriture, je te dis simplement: Sois en paix dans les instants de l’éternité. Enfin...

El hadji Hamidou KASSE
 

 
 
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Quand le faux « chien de garde » Abdou Mbow aboie contre ABC, cela fait rire.
Lettre ouverte à Eiffage : Gérard!! Il faut arrêter l'hécatombe
Election à péage (Mame Less Camara)
« Je plaide pour l’apaisement du climat social »
Sauver l’école publique par Abdou Fall
La mort de Hamidou Dia!
Catalogne : Nation déclarée indépendente en paralelle à l’application de l’article 155 de la Constitution Espagnole.
Cas Khalifa Sall - Lettre Ouverte du "PUR" au Président de l'Assemblée
Pape Alé Niang Fait La Leçon à Ses Confrères de la Presse
 
LES PLUS POPULAIRES
Absatou Kane Diop (Presidente sunu diaspora) appelle l’Etat à proteger davantage ses citoyens

Consulté : 1784 fois
Attentats à Nice:Simon Bretholz, expert en sécurité: Il y a eu une faille inacceptable

Consulté : 1147 fois
Vidéo: Jean Paul Dias “Dialoguez d’abord avec nous qui étions là quand la nuit était noire»

Consulté : 1139 fois
 
 
 
 
 
 
ACTUALITE MULTIMEDIA SUNUDIASPORA © Copyright SunuDiaspora, 2015
Economie Vidéos Qui sommes-nous?  
Politique Audios Mot de la présidente  
Diaspora   L'équipe  
International Contenu  
Société Edito  
Sport   Abonnez-vous  
Culture Contact