Accueil
Qui sommes-nous?
Mot de la présidente
L'équipe
Contenu
Edito
Abonnez-vous
Contactez nous
Diaspora Politique Economie Société International Culture Sport Vidéos Audios
SOCIETE
 
 
Le calvaire des retraités à Thiès : L'interminable attente pour percevoir sa pension
Publié le : Lundi 17 Juin 2019 - 18:29 - Source : Seneweb - Commentaires : 0 - Consulté : 48 Imprimer
Ce lundi matin peu avant midi, devant le bureau de poste situé en face du marché Grand-Thiès, des retraités hommes et femmes sont assis à même le sol, parfois sur des étals de commerçants ou d'ateliers de menuiserie, guettant avec impatience "l’appel de la délivrance". Lorsqu'un nom est scandé, c’est la précipitation, mais surtout le soulagement après plusieurs heures d’attente, du moins pour les personnes qui auront le privilège d'entendre leur nom les premiers. Ceux à la santé fragile devront par contre s’armer de patience. Birame Sène, employé à la société municipale à la retraite a fini de convaincre ses pairs de sortir de leur mutisme. « C’est le même calvaire à chaque fin de mois. On est là, sous le soleil, devant les cantines des commerçants juste pour pouvoir accéder au bureau de poste. Après 40 ans de service, nous faire vivre cette situation, c’est nous manquer de respect. Moi j’ai fait 34 ans de service. Les autorités de la Poste devraient au moins nous trouver une tente pour nous abriter. Nous sommes là depuis l’aube, exposés à la rue, aux passants», fulmine Birame Sène, devant une poignée de journalistes.

A la retraite depuis 15 ans, Ndiakhate Mbaye embouche la même trompette. « On ne parvient pas à percevoir nos pensions avant le 15 du mois. Nous avons fait la queue vendredi toute la journée, pour nous faire signifier finalement, qu’il n’y a plus l’argent. On est le 17 aujourd’hui. C’est une situation que je vis depuis que je suis parti à la retraite. Il y a parmi nous des personnes handicapées qui ont du mal à tenir debout », regrette le retraité, non sans préciser qu’ « au bureau de poste sur l’avenue de Caen, « c’est pire, là-bas, les files sont interminables ».

Souleymane Ndiaye, ancien cheminot estime que la situation a assez duré. « Ça ne peut pas continuer. On n’a pas où s’asseoir. Pour percevoir nos pensions, il faut faire 3 ou 4 heures de temps. On demande de meilleurs conditions de paiement», lance-t-il sans conviction, aux autorités de l'Etat, à la direction de la Poste en particulier.
 
 
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Saisie de 60 millions en faux billets à Mbour : Ce que préparaient les trafiquants
Racisme : Demba Ba appelle les joueurs noirs à quitter le Championnat d’Italie
[AVIS D’EXPERT] : « L’INTERDICTION DU PORT DU VOILE EST ILLÉGALE »
Missions de maintien de la paix : 3,19 % de femmes dans les contingents de 2019 (Ministre)
Les cas de rougeole dans le monde ont triplé depuis janvier, prévient l’OMS
[AFFAIRE PÉTRO TIM] : DES JOURNALISTES DE BBC INTERROGÉS À DAKAR
Après le scandale des tickets restaurants, l’Ipres secouée par une nouvelle affaire de recrutements inappropriés
Hopital Grand Yoff – Un médecin refuse de prendre en charge un accidenté
Formation et auto-emploi : les recommandations du Cese au ministre de tutelle
Après Guigon, Iea Dakar interdit la prière dans son établissement
 
LES PLUS POPULAIRES
Vidéo No Comment: quand la Première dame, Marième Faye Sall se livre à la dispute

Consulté : 4473 fois
Non respect de ses engagements : Des syndicats d’enseignants portent plainte contre le Gouvernement

Consulté : 2174 fois
Qui est l’acheteur des filiales agroalimentaires du groupe Mimran ?

Consulté : 1931 fois
 
 
 
 
 
 
ACTUALITE MULTIMEDIA SUNUDIASPORA © Copyright SunuDiaspora, 2015
Economie Vidéos Qui sommes-nous?  
Politique Audios Mot de la présidente  
Diaspora   L'équipe  
International Contenu  
Société Edito  
Sport   Abonnez-vous  
Culture Contact