Accueil
Qui sommes-nous?
Mot de la présidente
L'équipe
Contenu
Edito
Abonnez-vous
Contactez nous
Diaspora Politique Economie Société International Culture Sport Vidéos Audios
ECONOMIE
 
 
Birima Mangara, ministre en charge du budget : « Le gouvernement ne va pas dormir sur ses lauriers…»
Publié le : Mardi 31 Juillet 2018 - 11:23 - Source : dakarmatin - Commentaires : 0 - Consulté : 55 Imprimer
« Tout le monde s’est accordé pour dire que des résultats importants ont été engrangés, mais cela ne signifie pas que le gouvernement va dormir sur ses lauriers », a prévenu le Ministre en charge du Budget, Birima Mangara. Il s’adressait à la presse, juste avant de poursuivre  les travaux à huis clos. Cette rencontre qui a réuni les partenaires techniques et financiers (PTF), le secteur privé, la société  civile, les élus locaux, entre autres, a permis aux autorités étatiques d’examiner les résultats de l’année 2017. Pour M. Mangara, cet exercice est extrêmement important car il leur permet de noter des avancées significatives et les faiblesses sur lesquelles il faut s’arrêter pour trouver des solutions. « C’est un bilan d’étape pour dresser les perspectives de l’année 2018 et 2019. Nous sommes à la fin du premier plan d’action prioritaire (PAP) et nous allons passer au second plan »,  a-t-il expliqué. 

2017, une année marquée par la relance des activités industrielles 

Revenant sur l’année passée, le Ministre dira que globalement, l’année 2017 a été marquée par un regain de dynamisme qui s’est traduit par la relance des activités industrielles. A l’en croire, la situation macroéconomique s’est nettement améliorée en poursuivant sa bonne tendance entamée depuis la mise en œuvre du PSE, avec un taux de croissance du PIB moyen à  6,6% par an depuis 2015, dans un contexte de faible inflation de réduction significative de déficit budgétaire conjuguée à une importante mobilisation des ressources budgétaires. Sur ce, poursuit-il, ce résultat a permis de placer le Sénégal parmi les pays à croissance rapide d’Afrique  subsaharienne. Pour preuve, le taux de croissance qui était attendu  à 6.8%, a atteint 7.2% en 2017, reflétant une performance remarquable à la faveur des efforts soutenus consentis par l’Etat pour assurer la qualité des investissements publics et une maitrise des dépenses courantes. Ce qui veut dire que les fondamentaux de l’économie demeurent solides. Quant à Lise Filiatrault, ambassadeur du Canada au Sénégal et représentante des PTF, elle a exprimé leur  satisfaction. 
« Les partenaires techniques et financiers sont satisfaits de l’évolution de la Revue annuelle conjointe. On a noté que dans les 3 dernières années, il y a une constante amélioration d’échanges entre les PTF, les acteurs socio-économiques et le gouvernement », a laissé entendre Mme Lise Filiatrault.  Pour elle, la RAC 2018 est une étape importante puisse que le Sénégal prépare la phase II du plan d’action prioritaire. 
A cet effet, les PTF, à  travers leur représente, ont souligné les bonnes performances sur le plan économique et  souhaitent voir une continuation dans les analyses de ces performances économiques pour s’assurer de la réduction de la  pauvreté, mais aussi pour la création d’emplois.
 
 
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Birima Mangara, ministre en charge du budget : « Le gouvernement ne va pas dormir sur ses lauriers…»
Bonne santé économique : Le Sénégal 4e en Afrique avec B+ perspective positive (Standard Poor's)
Amadou Ba Ministre de l’Economie évite les sorties
Le Sénégal doit obligatoirement rembourser une dette de 839 milliards en 2018
Alioune Sarr annonce une baisse de 1000 francs sur le prix du sac de farine
Le Premier ministre annonce le projet de construction de l'autoroute Mbour-Kaolack
Financement de la deuxième phase du PUDC : le Sénégal obtient 54 milliards de la BID et du fonds saoudien
NTS: le long parcours de l’industriel, Ibrahima Macodou Fall
La Corée du Nord conserve ses liens avec l’Afrique
LE VOL INAUGURAL DE L'AIBD SERA BELGE
 
LES PLUS POPULAIRES
SENEGAL-ECONOMIE FINANCES PUBLIQUES : AMÉLIORATION DES RECETTES ET PROGRESSION DES DÉPENSES EN MAI (DPEE)

Consulté : 1548 fois
70% des terres occupés par des anacardiers : A Goudomp, la noix de cajou tue l’agriculture

Consulté : 691 fois
Classement des pays africains dans l’Indice de corruption : le Sénégal occupe la 61e place avec l’Afrique du sud

Consulté : 612 fois
 
 
 
 
 
 
ACTUALITE MULTIMEDIA SUNUDIASPORA © Copyright SunuDiaspora, 2015
Economie Vidéos Qui sommes-nous?  
Politique Audios Mot de la présidente  
Diaspora   L'équipe  
International Contenu  
Société Edito  
Sport   Abonnez-vous  
Culture Contact